Chargement Évènements
H

Spectacles

  • OCTOBRE
  • 23 ven. | 20H30
  • 24 sam. | 20H30
  • 25 dim. | 16H00

Durée : 1h30

Tarif de 14 à 16€
  • Plein tarif : 16€
  • Tarif réduit demandeurs emploi : 14 €

TOUR DE CARTE ET TERRITOIRE HOUELLEBECQ

Michel Houellebecq

Production : Antibéa Comédie d’Antibes

Mise en scène : Beatrix Guignot

Distribution : Francki Anemoli, Nathalie Audin, Dominique Czapski, Antoine Flament, Béatrix Guignot, Daniel Guignot, Sebastien Le Roy`

Ce spectacle inédit nous invite à une balade sur le territoire de Michel HOUELLEBECQ, talentueux écrivain, poète et essayiste français, auteur du roman « la Carte et le Territoire », primé Goncourt en 2010.

Mais comment faire le tour de ce si vaste territoire ?

Inspirés de ce roman mais aussi de son recueil de poésies, les comédiens du théâtre Antibéa dessinent une carte en 4D : théâtre adapté du roman la Carte et le Territoire , choix de poèmes cueillis dans un champ de fleurs ou de cadavres, images insolites et musique hors du temps. Un véritable tour de cartes !

 

LA CARTE ET LE TERRITOIRE

Pourquoi ce titre ?

« Une carte n’est pas le territoire ».  Cet aphorisme, titre d’une œuvre du philosophe Korzybski, est rentré dans le monde de l’art. La carte serait bien plus belle et plus intéressante que le territoire qu’elle représente !

Les extraits du roman présentés ici ont été choisis par l’auteur lui-même. Vous rencontrerez notamment le thème de la passion, des cartes Michelin, celui des objets manufacturés dont les trois produits parfaits sont pour le personnage principal les chaussures Paraboot Marche, le combiné ordinateur portable imprimante Canon Libris et la parka Camel Legend, mais également le thème de la fin de vie, professionnelle et biologique. Une analyse sombre et sans concession de la société actuelle, l’art, l’amour, l’argent, les « people ».

La poésie de Michel Houellebecq c’est un cri avec ses rayons de soleil, ses lumières vertes, ses paysages merveilleux, l’amour, un espoir d’amour et la mort qui guette, le corps qui abandonne l’esprit avec son réseau de vaisseaux sanguins, ses maladies, sa décrépitude :

« A partir d’un certain niveau de conscience, se produit le cri, la poésie en dérive.

« Aller jusqu’au fond du gouffre de l’absence d’amour, cultiver la haine de soi. Haine de soi, mépris des autres ; haine des autres, mépris de soi, tout mélanger faire la synthèse ».

« L’univers comme une discothèque, apprendre à devenir poète, c’est désapprendre à vivre ».